PixelSquid, un plug-in d’objets 3D en temps réel pour Photoshop

plug-in photoshop pixelsquid

PixelSquid a frappé fort en proposant une banque d’objets 3D prêts à l’emploi via un plug-in Photoshop.
L’idée est d’intégrer dans Photoshop des objets modélisés en 3D sous l’angle de prise de vue qui nous convient.

Le meilleur de tout est que vous n’avez nul besoin de connaissance technique en 3D pour manipuler ces objets.
En fait, il n’y a aucun processus de rendu 3D. Vous gérez des images matricielles issues d’objets modélisés en 3D pour lesquelles des centaines de rendus réalisés sous tous les angles possibles ont été calculés préalablement.
Le résultat: des images interactives photo-réalistes en haute définition et sur fond transparent prêtes à être intégrées dans votre photomontage.

Comment ça marche?

L’installation du plug-in donne accès à une librairie dans laquelle vous téléchargez les objets qui vous intéressent depuis le site web de PixelSquid.
Dans Photoshop, depuis la librairie, vous sélectionnez un objet que vous orientez jusqu’à trouver l’angle le plus approprié. L’objet prendra place dans un layer sous forme de Smart Object.
Cela signifie q’en tout temps (même après une sauvegarde) vous pouvez décider de changer l’angle à nouveau si cela s’avère nécessaire.

La librairie de PixelSquid La librairie accessible dans Photoshop

Exemple de composition réalisée dans Photoshop

Le lit, la chaise berçante et la plante proviennent de la librairie de PixelSquid. Ils sont interactifs et peuvent être orientés différemment en tout temps.Photomontage_Photoshop et PixelSquid

Photographie d’une pièce vide.photomontage_photoshop-et-pixelsquid_b

Assemblage de la photographie et des objets 3D de PixelSquid dans Photoshop.photomontage photoshop avec pixelsquid_ab

Les limites

Oui il y en a. Ce qui n’enlève rien aux prouesses qu’autorisent ce plug-in.
Il faut comprendre que le procédé permet de changer l’angle de l’objet à environ tous les 10º. Ceci nous restraint lorsque la scène contient des perspectives avec des fuyantes comme une pièce avec des murs. Il sera probablement difficile de faire correspondre la perspective d’un meuble aux formes rectilignes issu de la librairie 3D avec les perspectives d’une pièce provenant d’une photographie. Les outils de distortion de Photoshop pourront peut-être corriger cette lacune, mais pas toujours!

Autre restriction: l’éclairage. En effet, votre scène comprendra certainement une source d’éclairage principale. Il y a fort à parier que l’éclairage appliqué à l’objet 3D en provenance de PixelSquid ne corresponde pas à celui de votre composition. PixelSquid a fait de son mieux pour appliquer un éclairage uniforme à sa banque d’objets. Mais il n’y a pas de miracle de ce coté là. Il faudra bricoler pour tricher le jeux d’ombres et de lumières.

Mon avis

L’interface du plug-in est intuitive. La documentation est généreuse et accesible depuis le site ou directement depuis la librairie.
Sans trop entrer dans les détails, mentionnons qu’un mode avancé permet d’ajouter ou non une ombre projetée de l’object séparée sur un layer indépendant. Plus encore, des masques fournis isolent les différentes textures de l’objet. Par conséquent, l’aspect comme la couleur des textures est modifiable, ainsi que l’intensité de l’éclairage ou de la brillance des surfaces.

Pour le moment, la banque d’objets disponibles sur le site de PixelSquid est un peu limitée, mais de nouvelles collections s’ajoutent régulièrement. Le produit est gratuit actuellement, mais ne le restera pas. Quoiqu’il en soit, cette nouvelle approche dans la façon d’intégrer des images dans une composition Photoshop est révolutionnaire et mérite qu’on en parle.

Follow by Email
LinkedIn
YouTube
Facebook
Facebook